www.afidart.eusitemap
Mondial 2020
Les inscriptions ouvrent bientôt
Mondial 2019
Second titre pour les Roberts, Hervé Le Maux au pied du podium
Goutez au Dart
Partout en France, contactez l'afidart si vous voulez faire un essais
Pattaya 2019
On y retourne quand ??
Salon 2019
faites une pause sur le stand france catamaran
  • caracolito

VIEUX COYOTES : PETIT CHELEM POUR LE GRAND VERT


IMG 0290Il s’en est fallu de peu qu’il ne nous mette le grand chelem, le Grand Slam comme on dit chez les anglais … et qu’on peut aussi traduire par "grosse claque"!

Le grand vert, c’est François Morisset ; et c’est bien lui qui a dominé ce superbe week-end dartiste avec panache.

Première bonne nouvelle en arrivant au CV Sanguinet : on nous a concocté une vraie régate de Dart. C'est-à-dire que, une fois devrait devenir coutume …, il y a eu un départ pour les Classe A, un pour les Intersérie puis un vrai départ séparé pour tous les Dart (et même une bouée de près séparée, rien que pour nous, quel luxe).

Pour les autorités, c’est une régate pour tous Dart 18, en temps réel selon nos règles de classe. Libre à nous d’en extraire ensuite les classements qui motivent ce week-end, à savoir les solitaires, les équipages féminins et les doubles classiques.

On aura donc pu aligner quatre manches le samedi après-midi et une seule manche le dimanche, vite emballée avant le changement de temps annoncé ; bien joué le Comité !

Ce que j’ai retenu de ce week-end :

- la note 5/5 que mérite toujours le CV Sanguinet, plus gros club de Dart de France je le rappelle avec 31 Dart 18 alignés sur le parking. Note largement justifiée par le spot d’une part ; mais surtout par la qualité de l’accueil et des prestations à terre. On ne manquera pour rien au Monde l’apéro du soir, le diner fait maison, servi par la maison et bon-comme-à-la-maison, les lots sympas et les sourires !

- François impérial : qu’il soit enroulé autour de son pied de mât dans les molles, assis imperturbable au portant ou allongé au bout du câble au près, son double-mètre au ras de l’eau, François nous a donné à tous une incroyable leçon de vitesse et régularité. Quatre manches de premier, loin devant. Victoire largement méritée.

- Pierre Vidal, l’imperturbable coyote, parfois à la peine quand ça soufflait un peu, a toujours réussi à tirer son épingle du jeu, grâce à ces petits coups qui lui sont propres. J’aurais bien dit un beau dauphin ; mais a-t-on jamais vu un dauphin à la barbe fleurie ?

- Mathieu Lalou, déjà vainqueur ici-même il y a deux ans, confirme qu’un vieux bateau, mené par un jeune loup talentueux, peut faire un bon coyote. Bravo à lui.

- Dominique Merelle, qui prétend qu’il n’est pas fait pour « coyoter », se paye le luxe d’une victoire de manche. Le seul donc à avoir battu le grand vert. Belle perf’

- Olivier Billard, qui craque à la dernière ; mais s’est montré très affuté jusque là.

- Christian Sadoc, auteur de belles pointes de vitesse, de beaux premiers bords …. et du plus doux des dessalages, genre j’y vais pas-j’y vais-j’y vais pas- j’y vais quand-même pendant la moitié du dog-leg.

- Angélique et Lucie, reines des Gazelles, alignent quatre manches de deuxième et troisième parmi tous les Dart. Respect les filles !

- Merelle fille et  mère, qui prétendent comme le père qu’elles ne sont pas faites pour ça non plus … et qui bouffent du coyote ( et de la gazelle) sans complexe. Gazelles en devenir …

- Stéphanie et Nathalie, pour leur première régate, ont courageusement montré qu’il y a un début à tout …. Et qu’on apprend mieux autour des bouées qu’en restant au bord. Bravo les filles, faudra revenir.

- Et pour les doubles, c’est le joli Maori Red de Franck et Sophie qui devance le surprenant tandem Sauvanier-Picard et les incontournables Lalou, fidèles du CVS.

Mais le grand vainqueur du week-end (ne m’en veut pas François), c’est indéniablement l’esprit Dartiste :

- c’est cette ambiance inégalable, à terre comme sur l’eau, mais surtout à terre, là où il fait bon se retrouver et festoyer.

- c’est Marie-Claire, Marc et Nicolas qui prêtent leur bateau, pour que Claude, Quentin et les filles puissent naviguer. Il faut oser être généreux.

- c’est Pierre Betsch, celui qui sait tout faire, venu de Bretagne sans bateau, pour co-piloter Olivier sur cette longue route, conseiller les dartistes à terre,  aider l’organisation ou ramener au bord un Dart en difficulté dans le coup de vent de dimanche, …. Et nous gratifier en plus d’un de ses irish-coffee légendaires Hmmmm, c’est bon.

- c’est 33 Dart sur l’eau ce week-end là ; plus 23 autres le week-end précédent à la Catagolfe, soit 49 Dart différents sur deux week-ends.

Voilà un esprit et une classe qui se portent bien !

Merci encore au CVS.

Et pour le grand vert, AFIFI …..